The Elder Scrolls Online

Archives du maître du savoir : les nombreux héros de Zakhin

Azadiyeh la Dévoilée, érudite et historienne rougegarde, partage ses connaissances avec nous.

Aujourd'hui, nous nous plongeons dans les archives pour étudier les Rougegardes de Martelfell. Azadiyeh la Dévoilée est une historienne et érudite de renom des Rougegardes des Couronnes, des traditionalistes qui luttent pour préserver leurs racines yokudanes. Elle répond à vos questions et présente deux nouveaux livres historiques.

Pour la prochaine édition, envoyez vos questions sur la nature même des Aedras et Daedras à community@elderscrollsonline.com, et Phraste d'Élinhir y répondra peut-être !


Les nombreux héros de Zakhin

Par Azadiyeh la Dévoilée

Un Morndas, juste après avoir terminé ses entraînements, le jeune Zakhin se précipita chez lui en dévalant les dunes de sable brûlant, tout exalté par les légendes dont on l'avait abreuvé. Il s'exclama : « Mama ! Quand je serai grand, je serai comme Hafseta-qui-déplace-les-dunes ! Je vais m'entraîner jusqu'à devenir plus fort que tous mes amis, quel que soit le temps que ça prendra, et ensuite je deviendrai si célèbre que la gloire rejaillira sur notre maison. » Sa mère lui sourit, car elle savait que son fils venait de comprendre les vertus de la force et de la persévérance.

Le Tirdas de la semaine suivante, la voix joyeuse de Zakhin retentit dans les oreilles de sa mère avant même qu'il n'ait ouvert la porte. « Mama !  Quand je serai grand, je serai comme Mémyireh l'Indompté. Je combattrai une armée à moi tout seul afin de sauver mes amis ! Je ne les abandonnerai pas aux mains de l'ennemi, même si parfois ils m'insultent, comme la fois où Sameq m'a traité de lézard des sables. » Elle lui sourit à nouveau, fière que les histoires de loyauté et de pardon aient touché son cœur.

Le Middas suivant, Zakhin retourna à la maison en criant : « Mama, tu sais qui je veux être ? Je veux être comme Rajmahar des neuf tours d'or, et je chevaucherai un cheval doré aux sabots d'argent pour chasser les bandits de leurs cavernes et construire un abri pour les pauvres à l'aide de leur butin !  » Elle fut si fière d'entendre l'admiration de son fils pour l'honneur et la charité qu'elle lui donna deux figues ce soir-là.

Le Turdas, Zakhin rentra en trombe chez lui et l'inspiration se lisait sur son visage. « Je vais être comme Frandar Hunding ! Je ferai chanter ma lame et je mènerai une grande armée. Aucun ennemi ne résistera à mes stratégies, car je prendrai en compte toutes les possibilités. » Elle fut encore plus fière, car toutes les mères aspirent à voir leur fils devenir des meneurs d'hommes avisés.

Le Fredas, le jeune Zakhin revint chez lui après les entraînements, avec une étrange lueur dans le regard. Il ne cria pas ni ne proclama de héros favori pour ce jour là. Au contraire, il s'assit en silence sur son coussin, à contempler sa mère. « Eh bien, »  lui demanda-t-elle, « Qui veux-tu être aujourd'hui ? » Elle avait à peine terminé sa phrase qu'il se dépêcha de répondre. « Je vais devenir un nouveau héros, et ils raconteront mes exploits à tous les petits enfants pendant les entraînements !  »

Et ce n'est qu'à ce moment-là qu'elle versa une larme.


Azadiyeh la Dévoilée répond à vos questions :

« J'ai lu le livre ' Serres étincelantes ' et j'ai été troublé par toutes les références au soleil et à la lumière, vu ce que nous connaissons de Tava, qui est la version yokudane de Kynareth. Cela m'a fait penser à une discussion sur une relation possible entre Méridia et Kyne. Du fait de la position de Méridia chez les Ayléides et leur identification culturelle aux oiseaux et aux plumes, je me demandais si le livre ' Serres étincelantes ' dressait un parallèle entre ces divinités, ce qui ferait de Tava le ' chaînon manquant ', si je puis dire. » – Phil W.

Azadiyeh la Dévoilée répond : « Oh, Phil, ne soyez pas trompé par la compréhension grossière et les confusions des tamriéliques, dont les esprits sont embrumés par le sang et les ténèbres. Tava, esprit de l'air et divinité du temps, contrôle tous les éléments, depuis le soleil jusqu'aux tempêtes, à l'exception des étoiles qui appartiennent à Ruptga (mille fois béni soit son nom). Kyne et Kynareth ne sont que ses ombres, de faibles images que l'on perçoit à travers la poussière de Cyrodiil et la neige de Bordeciel. Pour autant, ne blâmons pas les Nèdelets et les Nordelets, car il est bon de les voir prier les dieux, même si leur compréhension est faussée et fourvoyée. Il nous faut espérer qu'ils découvrent la Voie ancestrale avant que Satakal ne revienne pour tous nous emporter.

Quant à Méridia, n'associez pas le nom d'un dieu avec celui de ce démon consanguin. Elle n'est qu'une intruse d'au-delà de Mundus et n'a pas sa place dans notre monde. Oh, Phil, méditez donc sur votre erreur et évitez à l'avenir d'emprunter la Voie de la Méprise. »


« J'ai lu quelque part que le roi en titre des Maormers, Orgnum, serait surnommé le ' Dieu serpent de Satakal ’. Qu'est-ce que cela signifie vis-à-vis de la mythologie et de l'histoire de Yokuda ? Nous savons que les Maormers sont obsédés par les serpents, tout comme les Rougegardes. Y a-t-il un lien entre les Elfes gauchers et les Maormers ? » – MareloRyan

Azadiyeh la Dévoilée répond : « C'est peut-être vrai, Marelo at-Ryan, car vos paroles résonnent de sagesse, mais je ne puis vous assurer de leur véracité profonde. Nous n'abordons le sujet des Elfes gauchers (puissent nos malédictions les suivre jusqu'aux Huit abysses), car nous souvenir de leurs abominations ne ferait qu'assombrir nos jours. D'autant qu'il ne nous en reste plus beaucoup avant que Tu’whacca ne nous appelle.

Quant aux Maormers, quels que soient leurs liens avec les sinistres Mers, ils ne viennent pas du côté de Stros M’Kai, car nos courageux guerriers des forts leur ont appris à rester au large des côtes de Martelfell. Orgnum, leur soi-disant ' monarque immortel ', verra bien qu'il n'est pas invincible lorsque le véritable Satakal reviendra (puisse sa venue, aussi inévitable soit-elle, intervenir le plus tard possible). »


« Existe-t-il d'autres communautés de Rougegardes isolées comme les Ash'abah ? J'ai également une autre question : quel est le nom officiel des nomades d'Alik'r ? Est-ce qu'on les appelle simplement les Alik'r ? » – WaywardSwordsman

Azadiyeh la Dévoilée répond : « Les Ash’abah, bien qu'ils soient une tribu de parias puants, œuvrent tout de même sous la bénédiction de Tu’whacca. Il y a des tribus semblables dans le sud de Martelfell. J'ai entendu parler d'une tribu de Rougegardes errants dans le nord glacé, connue sous le nom de Cavaliers, mais ça n'est peut-être qu'une légende. Il y a également, bien sûr, les Mangeurs de soleil exilés de Numaneh, mais il est interdit de raconter leur histoire. »


Prière pour des yeux grands ouverts

Par Azadiyeh la Dévoilée

Haut père, vous dont les doigts caressent les étoiles, vous dont l'ombre s'étend jusqu'aux horizons lointains, vous dont la voix commande aux esprits de l'outremonde et du monde à venir, ayez pitié de nos enfants. Je souffre de voir mes frères et sœurs lovés dans les anneaux du serpent. Ils fuient vos enseignements sacrés, ignorent la honte qui devrait les consumer et transpercent de leur lame rouillée le cœur même de nos traditions. Ils ont été trompés et tentés par les mensonges éhontés des empereurs et ils ont multiplié les transgressions des Voies ancestrales. Oh, Ruptga, je prie pour que leur soit dévoilé le visage hideux de ces péchés et qu'ils s'en repentent, les yeux grands ouverts.

Nous connaissons la vérité, car elle nous a été révélée. « Honore tes ancêtres. Celui qui laisse périr leurs paroles et leurs exploits ne fait que briser sa propre lame avant de la lancer dans le vent brûlant. » Et pourtant, ici à Sentinelle, les douces paroles en Yoku ne résonnent plus dans les halls du palais. Les histoires sont celles de héros étrangers, contées dans leurs langues rauques. Les paroles de nos pères sont assoiffées d'être entendues, mais leurs légendes se perdent désormais dans la poussière. Si nous ne leur prêtons pas oreille, nous savons qu'une nouvelle Fin des Temps se profile, bien pire que les précédentes.

Nous connaissons la vérité, car elle nous a été révélée. « Ni pitié ni merci ne saura être accordée au misérable qui se dresse devant la Vague des guerriers. » Et pourtant, nos frères et nos sœurs acceptent lâchement les Peuples Parias en notre sein, les traitant comme des amis et alliés, piétinant notre honneur de leurs pieds boueux et salissant notre histoire pour une éternité. Si un chantre tel que moi est blessé de voir se nouer de tels arrangements sordides, que dire de Tava qui verse des larmes amères et de Diagna dont le bras armé frémit d'un désir de vengeance brûlant !

Nous connaissons la vérité, car elle nous a été révélée. « N'accorde obéissance à quiconque sauf aux dieux de Yokuda. Les Rives lointaines s'éloignent pour celui qui s'appuie sur des êtres faibles et ses efforts ne rencontreront que le mépris. » Et pourtant, un roitelet des campagnes verdoyantes gouverne nos enfants. Il les envoie à la mort au nom de sa quête de l'Or blanc. Son ascension n'est possible que parce qu'ils courbent l'échine. Les doigts de son dieu nous déchirent le cœur et Morwha ne peut que secouer la tête de dépit.

Lisez donc ceci, mes frères et sœurs. Vous vous êtes détournés de vos devoirs et vous avez fermé les yeux face au soleil brûlant. Votre honneur s'effrite en même temps que les souvenirs de Yokuda disparue dans les flots. Et pourtant, tout n'est pas perdu. Prenez les armes renforcées par les traditions de nos ancêtres, forgées dans les flammes de la vertu et de l'honneur véritable. Renoncez à ces nouveaux courants pernicieux et revenez auprès des vôtres, qui vous accepteront malgré vos péchés. Revenez tant qu'il en est encore temps.


Parlez-en sur les forums officiels d'ESO.