Community Spotlight—Journal de roleplay de Tamriel Drifter

07/10/2021

Tout au long de leurs voyages dans The Elder Scrolls Online, Tamriel Drifter a tenu le journal des aventures de ses personnages dans un énorme journal de roleplay. Découvrez l’incroyable histoire de ces sept années de la vie de Drifter dans notre nouveau Coup de projecteur sur la communauté !

 

Parlez-nous de votre voyage dans Elder Scrolls. Quand avez-vous commencé à jouer à ESO ?

Je suis entré dans ESO dès le lancement. À l’origine, étant fan de The Elder Scrolls V: Skyrim, j’ai créé un Nordique et profité des paysages magnifiques, divers et étranges de Cœurébène. Mais j’étais là en touriste. Il a fallu attendre mon premier personnage de l’Alliance et mes premiers pas dans Daguefilante pour que je comprenne que j’avais trouvé un nouveau RPG où je pourrais me sentir chez moi.

 

Créer un journal de roleplay, ce n’est pas une mince affaire. Pourquoi avez-vous décidé de garder la trace de vos aventures dans ESO sous ce format ?

Je pense que l’idée m’est venue en comprenant qu’on pouvait jouer au jeu entier en conservant le point de vue immersif à la première personne. J’avais vu beaucoup d’excellents journaux de Skyrim. Au début, je prenais une capture d’écran, que j’accompagnais de ma narration. Mais j’ai vite compris que, surtout dans le monde dynamique et vivant d’ESO, on peut aussi facilement raconter une histoire avec des captures d’écran qu’avec des mots.

Au fil de votre aventure, votre façon d’écrire a-t-elle changé ?

Le plus grand changement a concerné mon point de vue. Lorsque j’ai commencé à jouer, mon alter ego était Simeon. Du moins, c’est lui que je voulais être ; Mais à mesure que je développais son passé au travers de son journal, il est très vite devenu une personne à part. Bientôt, face à des dilemmes en jeu, je ne me demandais pas ce que je ferais à sa place, mais ce qu’il ferait, lui. Il y a aussi un changement de ton sensible entre les premiers épisodes purement factuels et son attitude de plus en plus farouche à mesure qu’il explorait Tamriel. Et son expérience en Havreglace a pris un tour très sombre.

 

Maintenant que vous avez terminé le jeu de base, avez-vous particulièrement retenu certaines histoires ou zones ?

Je pense que l’histoire la plus mémorable, au niveau des régions fut Fendretour et les retombées épiques de la Guerre de Ranser. Plus spécifiquement, pour Simeon, ce fut le changement radical de la manière dont il considérait les vampires. Au début de la zone, il doit décider du sort d’un vampire. Plus tard dans l’histoire, il doit refaire le même jugement, mais grâce à l’influence de la maison Corbeguet, son choix est radicalement différent. C’est aussi la première fois qu’il rencontre Skordo le Surin, qui change à lui seul l’idée qu’il se faisait des Orsimer.

 

Que va devenir votre personnage impérial, Simeon Karpovich ?

Simeon essaie de s’installer à Daguefilante, mais son âme vagabonde reprend vite le dessus et l’empêche de trouver un cadre paisible. Il refait donc son baluchon et se rend là où tous les mercenaires vont trouver l’aventure, le défi et la fortune : la ville de Belkarth, à Raidelorn. Je suis impatient de découvrir toutes les régions fascinantes dans lesquelles il peut encore se rendre, mais j’ai surtout hâte qu’il rentre à la cité impériale. Saura-t-il trouver la paix dans les ruines de son ancien foyer ?

Qu’est-ce qui vous donne envie de raconter votre histoire dans l’univers de The Elder Scrolls ?

Le joueur découvre une telle portion de l’histoire de Tamriel au travers de livres, tous subjectifs et biaisés par les opinions de leur auteur… J’avais envie de retranscrire les événements d’ESO en adoptant le point de vue de mon personnage, un ancien légionnaire impérial qui se réveille dans une cellule d’Havreglace. Bien sûr, en me levant sur ce sol froid et dur, je n’imaginais pas continuer d’écrire son histoire sept ans plus tard.

 

Les jeux Elder Scrolls sont idéaux pour créer des histoires comme la vôtre, mais ESO est également un jeu en ligne. Comment la présence d’autres joueurs a-t-elle affecté votre récit ?

Grâce à One Tamriel, ce qui distingue ESO de tous les autres RPG en ligne est qu’il n’y a pas de zone morte. Où que vous alliez dans ESO, il y a d’autres joueurs qui vivent leur vie, parfois pour vous aider, parfois pour vous barrer la route. D’une manière ou d’une autre, la présence ne fait qu’ajouter de la vie à Tamriel. Bien souvent, les autres joueurs développaient mon histoire. Par exemple, autour des Ancres, où des adversaires potentiels de la guerre des étendards se tiennent dos à dos pour repousser les envahisseurs daedriques. Oui, il peut être difficile pour un blog de RPG, quand un guerrier orc en robe de mariée rose charge au combat sur une chèvre. Mais honnêtement, on voit presque plus étrange tous les jours en sortant de chez soi.

 

Quel conseil donneriez-vous à d’autres joueurs qui veulent développer un journal de roleplay comme le vôtre ?

Je pense qu’il est essentiel de lui trouver le bon cadre. Twitter et Instagram se prêtent à des journaux anecdotiques. Tumblr est particulièrement pratique pour inclure des captures d’écran, tandis que les forums sont idéaux pour des narrations plus longues. Ne vous forcez jamais à tenir un délai pour être plus productif, c’est un passe-temps, et plus vous y prendrez de plaisir, plus il vous durera longtemps. Et enfin, n’écrivez pas une histoire trop détaillée à votre personnage avant de commencer. Laissez sa personnalité se développer au fil du voyage.

Appartenez-vous à un groupe de roleplay dans le jeu ? Avez-vous des lieux ou des activités préférées lorsque vous faites du roleplay ?

Je n’ai pas de groupe de roleplay. Mais lorsque j’arrive dans une nouvelle ville, je retire souvent mon armure pour arpenter les rues. Puis je m’assieds dans une taverne ou près de l’oratoire pour prendre l’ambiance de la ville. C’est étonnant de voir à quelle fréquence des joueurs inconnus s’arrêtent pour discuter. Que ce soit en utilisant un emote, en chantant une chanson, en lançant une tarte à la boue ou même parfois, en s’asseyant à côté de moi pour regarder le monde.

 

Y a-t-il d’autres roleplayers que vous recommandez à vos lecteurs ?

Pour ceux qui cherchent une excellente narration dans l’univers d’ESO, je conseille fortement la section histoires du site ESORP, et la section Fiction & Roleplaying des forums officiels d‘ESO. Pour ma part, j’aimerais croiser plus souvent le hashtag #ESORPG sur les réseaux sociaux pour partager nos aventures.

 

Où pouvons-nous trouver vos autres créations ?

Mon tumblr d’origine se trouve sur tamrieldrifter.tumblr.com tandis que la version site web est sur thetamrieldrifter.com. Je poste des mises à jour et quelques captures d’écran via @TamrielDrifter sur Twitter.

 

Merci à Drifter d’avoir partagé son histoire et son journal, et bonne chance pour la suite de ses aventures en Tamriel. Nous espérons que Simeon retrouvera bientôt le chemin de sa cité impériale natale, même s’il risque d’être déçu par les changements qui ont eu lieu en son absence ! Si vous avez vu ou créé quelque chose sur l’univers d’ESO qui pourrait plaire au reste de l’#ESOFam, montrez-le-nous via Twitter, Instagram et Facebook.

Poursuivre la lecture